La collection Valemour de Geox
Geox, la chaussure qui respire
Notez cet article

Ce qui était une idée au début des années 90, s’est transformée en brevet puis en success story de la chaussure. C’est en effet en perçant deux trous dans ses semelles que Mario Moretti Polegato a créé un énorme business avec Geox : celui de la chaussure qui respire. Bien que vigneron, ce qui est dans la famille Moretti une tradition depuis plusieurs générations, le patron milliardaire de Geox a révolutionné l’univers de la chaussure en offrant aux femmes, des ballerines, des nu-pieds, des bottines et des sneakers alliant mode et confort.

La chaussure confortable

Geox est presque devenu, dans le langage commun, synonyme de confort. Or, dans l’imaginaire collectif, une chaussure confortable est automatiquement une paire de baskets. D’où la question : La marque Geox ne fait-elle que des baskets ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, la réponse est non. Geox propose des chaussures femme parmi lesquelles on retrouve bien évidement la basket Geox femme mais aussi toute une gamme de chaussures allant de la ballerine, aux mocassins en passant par les nu-pieds mais aussi les bottines et autres sandales. Tous les articles allient les mêmes avantages, à savoir des chaussures modernes et confortables. Du modèle Janira au modèle Elidia, en passant par le modèle Vega ou Yuki, les pieds des femmes sont tendances, chics et légers.

Geox, la recherche et le développement

Geox c’est 876 millions d’euros de chiffre d’affaires, 4.000 emplois directs, 25.000 emplois indirects, 11.161 magasins à la marque Geox dans le monde entier et 10.000 points de vente dans 114 pays. Un véritable empire bâti sur une idée et un brevet. Geox investit aujourd’hui 3% de son chiffre d’affaire dans la recherche et le développement afin de proposer des chaussures encore et toujours plus confortables. Dans les laboratoires du groupe mais aussi dans plusieurs universités qui collaborent avec Geox, des ingénieurs imaginent et testent des méthodes pour améliorer l’invention qui a fait la fortune de Geox : une membrane percée de millions de trous microscopiques, trop fins pour que l’eau puisse passer à travers, mais suffisamment larges pour évacuer la transpiration. Les semelles évoluent aussi, comme celles du modèle Nebula, qui utilise une doublure intérieure spéciale dotée d’interstices pour permettre à la chaleur de s’évacuer par le haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.