Nike Air Force 1, l’histoire d’un mythe de la sneaker

Attention, l’histoire qui va suivre n’est pas celle de n’importe quelle sneaker. La Nike Air Force 1 n’est autre que l’une des sneakers les plus mythiques. Déclinée dans plusieurs centaines de versions par la marque au Swoosh, elle rayonne encore dans les magasins et sur les sites spécialisés au côté d’autres paires à succès qui ne pourront sans doute jamais se vanter d’avoir connu une telle longévité. Parce que nous en sommes les premiers fans mais aussi et surtout parce que son évolution est aussi passionnante que les soldes chez Foot Locker, nous vous proposons de revivre les origines de sa réalisation et son évolution au fil des années. Pour tout savoir sur la cultissime Air Force One de Nike, c’est ici que ça se passe !

Pourquoi la sneaker porte-t-elle le nom de l’avion présidentiel américain ?

Si vous n’aviez pas fait le rapprochement avec le nom de l’avion présidentiel américain, nous sommes ravis d’avoir pu partager avec vous cette première anecdote sur la célèbre sneaker de Nike. C’est effectivement de cette façon qu’est nommé l’aéronef utilisé par les différents présidents des Etats-Unis depuis 1953 pour effectuer leurs déplacements. Si Bruce Kilgore, le designer de la chaussure, a décidé de l’emprunter pour baptiser sa création, c’est pour symboliser la hauteur que les joueurs de la NBA étaient censés pouvoir prendre. Et oui, c’est pour la pratique du basketball que la AF1 a été créée, en 1982 pour être précis.

A cette époque, Nike est un tout jeune équipementier sportif. Fondé en 1971 par Phil Knight et Bill Bowerman, la firme de l’Oregon peine à combler son retard dans l’univers du running sur ses deux principaux concurrents que sont adidas et PUMA. A la fin des années 70, un certain Frank Rudy frappera à leur porte pour leur proposer une technologie révolutionnaire qui va leur permettre d’inverser la tendance. Ingénieur dans l’aérospatial, Rudy va en effet mettre à leur disposition le système d’amorti Air-Sole dont le fonctionnement repose sur une capsule de gaz inerte similaire à celui qui équipe la combinaison des cosmonautes. Nike l’intégrera tout d’abord dans la Tailwind en 1977 puis, face aux excellentes ventes réalisées en marge du marathon d’Honolulu de 1978, décidera logiquement d’en faire de même dans la Air Force 1.

Un concentré de technologies dans un design très sobre

En plus de favoriser l’émancipation de Nike dans le basketball, Bruce Kilgore avait pour délicate mission d’assurer la relève d’une Blazer devenue obsolète tant sur le plan visuel que technique (première commercialisation de la Blazer en 1973, ndlr) afin de concurrencer le leadership de Converse et de sa Chuck Taylor All Star.

Un concentré de technologies

Pour relever ce défi, le designer américain va en reprendre les forces tout en s’inspirant de la Nike Approach, une chaussure de randonnée sortie quelques années auparavant. Il paraîtrait qu’il a également puisé les secrets de la stabilité de la AF1 dans la structure de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Avec sa tige en cuir souple montée sur une épaisse semelle abritant un coussin d’air placé au niveau du talon, celle-ci marqua avant tout les esprits par l’efficacité de son amorti et son excellente adhérence assurée par des points de pivot circulaires placés en dessous de sa semelle extérieure. Modèle de sobriété, la Air Force One n’avait pour seule originalité que des touches de gris sur la partie inférieure de cette semelle, le Swoosh et la sangle de la cheville (présente uniquement sur les versions « mid » et « high ») qui contrastaient subtilement avec le blanc du reste de la basket.

Les premiers pas de Nike dans l’ère de la publicité

The Air Force 1 campaign

La silhouette de Bruce Kilgore s’imposera dès son introduction sur le marché. Par assurer sa réussite, Nike s’attribuera l’image des 6 basketteurs les plus en vogue des années 80, à savoir Moses Malone, Michael Cooper, Jamaal Wilkes, Bobby Jones, Mychal Thompson et Calvin Natt. Ces ambassadeurs de prestige, les plus pertinents qui soient pour vanter les mérites d’une chaussure de basketball, deviendront les acteurs d’une campagne de communication baptisée « Force » dans laquelle ils étaient vêtus d’une tenue de pilote d’avion avec évidemment une paire de Air Force 1 aux pieds. En jouant à fond la carte de l’aviation, la firme de l’Oregon atteindra brillamment son objectif. Elle remettra même le couvert pour les 25 ans de la basket en 2007 (voire plus bas). La consécration pour la AF1 viendra un an plus tard, en 1983, quand Moses Malone remportera le titre NBA avec les Philadelphia Sixers.

Habitué au renouvellement régulier de ses produits, et malgré ses débuts plus que prometteurs, Nike décidera d’arrêter la production de la Air Force 1 en 1984.

Et la Air Force 1 devint une icône de la mode

La demande ne cessera pas pour autant. Au contraire, dans l’attente inespérée de nouvelles versions, les fans de basketball vont se mettre à customiser leurs vieilles paires pour aller arpenter les playgrounds, ces terrains majoritairement présents dans les quartiers populaires des grandes agglomérations de la côte est américaine. Dans le même temps, les responsables de 3 boutiques spécialisées de Baltimore vont pousser Nike à relancer la Air Force 1. En 1986, après deux années de rupture, l’équipementier finira par céder à leur demande en imposant toutefois un stock de 1200 paires de chaque couleur, en l’occurrence blanc/bleu et blanc/marron. Les 3 revendeurs, baptisés « The three amigos », ne mettront que quelques semaines pour écouler l’intégralité de ces 1200 paires. Dans le cadre d’un partenariat exclusif, ils se verront proposer de nouveaux coloris inédits qui attirèrent vite des acheteurs des quatre coins du pays.

NYC Borought Pack
NYC Borought Pack, 2011

On l’apercevra dans la foulée aux pieds de stars du hip-hop issues des quartiers populaires de New-York (cf. « NYC Borought Pack » de 2011) et de Washington à Baltimore en passant par Philadelphie, sa terre d’origine. Parmi ces stars, on recense entre autre Jay-Z, Kanye West – passé depuis chez adidas – ou encore les rappeurs Nelly, qui lui a dédié son tube « Air Force Ones », et TI, qui a affirmé dans un documentaire réalisé par le cinéaste Thibaut de Longeville qu’il ne porterait pour rien au monde un autre modèle. Sur le plan sportif, en revanche, la Air Force 1 s’est complètement éteinte. Le dernier joueur en date à avoir foulé les parquets de la NBA est Rasheed Wallace qui a pris sa retraite à l’issue de la saison 2012 – 2013 passée sous les couleurs des Knicks de New-York.

Une sneaker à la fois incontournable et indémodable

Le moins que l’on puisse dire est que la Air Force 1 ne semble pas subir les aléas du temps. Après plus de 30 ans d’existence, elle continue de séduire les amoureux de sneakers du monde entier, qu’ils soient fans ou non de basketball. Nike n’y est pas pour rien. En autant d’années, le géant américain a multiplié les déclinaisons et s’est transformé en un vrai monstre de la communication. Il l’a prouvé à l’occasion du 25e anniversaire de la AF1 qu’il a célébré comme il se doit via une publicité (voir vidéo ci-dessous) dans laquelle étaient présents LeBron James, Kobe Bryant, Steve Nash, Shawn Marion, Rasheed Wallace, Tony Parker, Jermaine O’Neal, Amar’e Stoudemire, Chris Paul et Paul Pierce. Autrement dit, quelques-uns des plus grands joueurs de la NBA de 2007.

Pour ses 30 ans, la Air Force One s’est parée d’une toute nouvelle semelle Lunarlon. Associée au système d’amorti Air-Sole, cette technologie offre un meilleur amorti et procure une sensation de légèreté renforcée. On la retrouve dans l’ensemble des références de la gamme « Lunar Force 1 » ainsi que dans les Duckboots, leur version montante.

Aujourd’hui, Nike n’a plus besoin d’investir des sommes colossales pour entretenir le mythe de la Air Force 1. Il lui suffit de proposer de nouveaux coloris et de nouvelles versions inédites pour consolider sa place dans la hiérarchie des sneakers classiques. En tant qu’habitué des enseignes spécialisées, vous avez d’ailleurs sûrement remarqué qu’elle occupe toujours une place de choix dans leurs rayons et sur Internet où les paires les plus rares s’arrachent à prix d’or. Ce succès intemporel s’explique tout d’abord par la simplicité de ce design évoqué précédemment dans l’article. Malgré plus de trente années d’existence, celui-ci reste à la mode et séduisant tant auprès des fans inconditionnels que des générations plus jeunes. Agrémentée des technologies les plus récentes de l’équipementier, la AF1 se veut aussi plus confortable que jamais. Nous parlions plus haut du système Lunarlon. C’est encore plus le cas des déclinaisons équipées d’une tige en Flyknit.

La Air Force One occupe toujours une place importante dans le catalogue de Nike et chez tous les revendeurs auprès desquels il est désormais possible de se procurer une grande diversité de modèles. Ceux-ci étant à présent très nombreux, il peut être parfois difficile de faire la distinction entre les différentes versions proposées. Si c’est le cas pour vous, nous vous invitons à jeter un petit coup d’œil à cette petite infographie réalisée par Nike en 2016.

Morphology of Nike Air Force 1

L’histoire de la Air Force 1 par Thibaut de Longeville

Dans un documentaire que vous pouvez découvrir ci-dessous, Thibaut de Longeville est parti à la rencontre des acteurs qui ont forgé l’histoire de la Air Force 1 pour en retracer les origines et en percer les mystères. Sneakers addict averti et fin connaisseur de cette chaussure à la fois si simple et si particulière, de Longeville a étroitement collaboré avec Nike pour réaliser ce qui reste à l’heure actuelle le reportage le plus abouti jamais consacré à une paire de baskets. Après le succès de « Just for kicks », son long métrage sur la street culture, le réalisateur et directeur artistique français nous invite à prendre part à un voyage culturel en immersion dans le monde merveilleux des sneakers. Sans surprise, celui-ci débute dans les rues de Philadelphie, berceau de la AF1 où les playgrounds font toujours partie du quotidien.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *