adidas Yung-1
adidas Yung-1, présentation de la nouvelle dad shoe de la marque aux 3 bandes
Notez cet article

Plus une semaine ne se passe sans que l’on parle d’adidas. L’équipementier allemand multiplie effectivement les annonces de nouvelles releases, à l’image de sa récente collaboration avec Sneakersnstuff, de sa Prophere « Gray One » ou encore de sa NMD CS1 Lux Core Black. Mais si nous parlons beaucoup de la marque aux 3 bandes en ce moment, c’est aussi et surtout pour ses derniers modèles qui, à défaut de pouvoir assurer la succession d’une Stan Smith sur le déclin, ont le mérite de ne laisser personne indifférent. Après la Deerupt et son design pour le moins particulier, nous vous présentons aujourd’hui la Yung-1, une silhouette également atypique que vous avez pu apercevoir lorsque nous avons levé le voile sur la collection Dragon Ball Z.

Pour entretenir les espoirs d’un avenir radieux dans le sneakers game, il semblerait qu’adidas ait donc décidé de prendre des risques esthétiques. Cette fois, il n’est pas question d’un étrange modernisme mais au contraire d’une dimension vintage clairement assumée. Ne vous fiez pas aux apparences, la Yung-1 n’a effectivement rien de jeune. Derrière son look de dad shoe sa cache une ligne créée en réalité en 1997 pour la Falcon Dorf dont elle n’est qu’une réédition. Il suffit d’ailleurs de mettre les deux silhouettes cote à cote pour se rendre compte au premier coup d’œil de leurs nombreuses similitudes. A commencer par l’empeigne qui mixe habilement du mesh et du cuir suédé, la recette gagnante d’un style rétro-running que New Balance maîtrise à la perfection.

adidas Yung-1 vs adidas Falcon Dorf
Quand on disait que la Yung-1 est une réédition de la Falcon Dorf, on ne mentait pas. La basket de 1997 et celle de 2018 sont étrangement ressemblantes. De la superposition des empiècements à leur emplacement, tout y est. La différence entre les deux chaussures ne réside finalement qu’aux niveaux du branding, plus discret sur la Yung-1, et du choix des matières, qui ont été repensées pour concilier style et performance.

Pour le reste, adidas a misé sur les atouts qui rendent ces fameuses dad shoes si tendances. Dans la lignée de la FILA Disruptor, la Yung-1 d’adidas intègre tout d’abord une semelle épaisse et travaillée, notamment au niveau du coup de pied dont la forme arrondie n’est pas sans rappeler celle de la Nike Air Gauntlet de 1998, qui a par la suite inspiré la Presto. La Yung-1 est par ailleurs très légère. Son poids fait ainsi oublier son allure imposante dès sa prise en main, ou plutôt dès sa mise aux pieds, et offre un niveau de confort très plaisant malgré l’absence de la technologie Boost qui tend pourtant à se démocratiser sur les dernière sneakers adidas. Les coloris, enfin, sont plutôt pertinents, bien que le Hi-Res Orange dans lequel elle sera proposée à sortie sera plus difficile à porter que le Chalk White/Core Black/Collegiate Navy.

La question qui se pose maintenant, c’est « est-ce que cela sera suffisant pour propulser la Yung-1 au top des ventes ? ». Après le présupposé flop de la Deerupt et une Prophere qui reste méconnue du grand public, nous sommes en droit d’en douter.

RENDEZ-VOUS LE 21 JUIN POUR SHOPPER VOTRE PAIRE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.